Le tirage papier

   C/ Réaction chimique pour le tirage et l’agrandissement


   Le tirage photographique est la dernière étape dans une manipulation visant à restituer une image présente sur une pellicule. Son but est de transférer l’image sur du papier, grâce à plusieurs procédés, en agrandissant l’image originale du négatif.

   Toutes les étapes, de l’exposition à la fixation, doivent être réalisées dans une pièce sans lumière, éclairée par des lampes à lumière inactinique, c’est a dire qui n’affecte pas le papier utilisé généralement pour le tirage photo, appelé orthochromatique. Seulement après la fixation, le tirage peut être exposé à la lumière.

 

          1) Les éléments nécessaires a la manipulation


   Afin d’optimiser la réussite du tirage photographique, plusieurs éléments sont indispensables. Il faut tout d’abord être en possession du négatif sur lequel est présente l’image de la pellicule dont on veut faire le tirage et que l’on a précédemment développée. Ensuite, plusieurs appareils sont nécessaires :

- Du papier photographique, qui peut varier selon les caractéristiques du négatif (couleur ou netteté voulue par celui qui réalise le tirage).

- Un agrandisseur, appareil permettant d’imprimer une image négative sur du papier photosensible. Il est muni de plusieurs zones, une où positionner la pellicule, une où poser le papier et où la photographie s’imprime, et enfin un endroit où se trouve un boitier qui permet le réglage du temps de l’exposition. Ce réglage est primordial car un temps d’exposition trop court entraine une pâleur, au contraire, une exposition trop importante rendrait la photographie trop foncée.

- Un masque et des gants, pour protéger les parties sensibles du corps comme les mains, le nez, et éventuellement une blouse afin de protéger au mieux le corps du manipulateur.

 

          2) Exposition à la lumière


   Durant cette étape on utilise l’agrandisseur afin de fixer le négatif de la pellicule sur le papier par l’action de la lumière. Il doit être réglé afin d’obtenir une photographie de la meilleure qualité possible. Pour cela, plusieurs facteurs doivent être pris en compte :

- L’ouverture du diaphragme de l’objectif. Un objectif d’agrandisseur fonctionne de la même manière que celui d’un appareil photo. La profondeur de champ due au diaphragme existe sans toutefois être réellement influente, l’agrandisseur étant relativement parallèle au au film et au papier. Généralement, il ne faut pas utiliser l’objectif de l’agrandisseur à ouverture pleine car il est calculé pour donner le maximum de netteté sur tout le champ du négatif. L’objectif placé en ouverture pleine, laisse passer beaucoup de lumière et sert à rendre la mise au point plus facile, ce qui donnera une image plus claire à l'observation.

- Le masquage, qui permet de cacher certaines zones de la photo afin de les exposer différemment. En effet, il est généralement nécessaire d'exposer certaines zones de l'image d’une certaine manière afin de restituer sur le papier tous les détails enregistrés sur le film, en retenant les ombres, où en exposant plus longtemps les lumières vives, par exemples.

 

   Voici le protocole à suivre pour utiliser un agrandisseur. Tout d’abord, placer le papier photographique (1) sur la base de l’agrandisseur. Ensuite, positionner dans la fente prévue à cet effet le négatif du film, et enfin régler le temps d’exposition à partir du minuteur (2). Le temps optimal d’exposition est généralement autour de 16 secondes.

Schéma du passage du négatif au papier

 

          3) Les bains de révélation

 

   La photographie est maintenant imprimée, il ne reste plus qu’à lui faire subir différents bains qui permettent de la révéler et à la fixer. Ces bains sont identiques a ceux de la préparation du négatif, que l’on a étudié précédemment. On retrouve :

- Un bain révélateur, dans un bac d’ions argent Ag+, qui dure environ 4 minutes.

- Un bain de rinçage, constitué d’eau et de vinaigre, qui stoppe la révélation.

- Un bain fixateur, qui supprime les ions argent encore sensibles après les réactions. pour l'utilisation de fixateurs traditionnels à l'hyposulfite de sodium, le bain dure entre 3 et 5 minutes. En cours de fixage, il est possible d'éclaircir certaines parties de l'image, pour renforcer les hautes lumières. On utilise pour cela le faiblisseur de Farmer appliqué très rapidement au pinceau, et rincé immédiatement. Cette technique ne doit être appliquée seulement aux hautes lumières et non aux ombres.

- Un bain de lavage final qui permet de rendre la photographie lisse et nette.

 

          4) Le séchage final


   Pour cela les photos à papier plastifié, qui sont les plus courantes, peuvent être suspendues par des pinces.

Mais, avant d'être séchés, les tirages doivent être essorés. La méthode la plus simple est celle d'étendre le tirage sur une plaque de verre ou de Plexiglas et de passer sur ses 2 faces une raclette, un rouleau-essoreur, ou encore un gant.


_PAGE SUIVANTE_ -> (ici)

_PAGE PRÉCÉDENTE_ -> (ici)

 _HAUT DE PAGE_ -> (ici)

1 vote. Moyenne 4.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×